Marchés publics au Mali : Plus de 535 milliards FCFA pour 4 602 contrats passés courant 2018

La salle de conférence du Bureau du Vérificateur général a servi de cadre du 7 au 12 octobre, à deux sessions de formation et de perfectionnement à l’intention des auditeurs, contrôleurs et inspecteurs. L’objectif visé est de renforcer les capacités des participants dans les domaines du contrôle et l’audit des marchés publics et des délégations de services publics ainsi que l’évaluation du système de passation des marchés publics. La cérémonie d’ouverture  a été présidée par le président de l’autorité de régulation des Marchés publics et des délégations de services publics (ARMDS), le Dr Allassane BA. C’était en présence du Vérificateur général, Samba Alhamdou BABY, du Contrôleur général des services publics, Madame KONATE Salimata DIAKITE, et de plusieurs acteurs de la commande publique.

Organisées par l’autorité de régulation des Marchés publics et des délégations de services publics (ARMDS),Ces deux sessions visent à outiller les vérificateurs, auditeurs, contrôleurs et inspecteurs relevant du Bureau du Vérificateur général, de l’Office central de lutte contre l’Enrichissement illicite et du contrôle général des services publics.

Le Président de l’ARMDS a indiqué que le volume des marchés passés en 2018 s’élève à 535 245 103 865 FCFA pour 4 602 marchés passés par l’ensemble des autorités contractantes. Dr Allassane BA poursuit en disant que  la passation des marchés représente plus de 60% de l’exécution des crédits du Budget de l’État et des concours financiers des Partenaires techniques et financiers. « La passation des marchés constitue un terrain privilégié de détournements des fonds publics en raison de la méconnaissance des textes que par des faits délibérés.
C’est pourquoi, les marchés publics méritent une attention particulière, si bien que chaque erreur, fraude, montage de corruption augmente la dette et freine le développement proportionnellement à la valeur monétaire du préjudice causé
 » a souligné le président de l’ARMDS. Pour éviter tout risque selon lui, les vérificateurs, contrôleurs, auditeurs et inspecteurs se doivent de disposer d’une bonne connaissance des pièges qui sont présents dans ce domaine et de la manière de les démasquer, de s’en protéger et par ricochet de protéger le pays.

Pour sa part, le Vérificateur général a salué la tenue de ces sessions, avant de féliciter l’ARMDS pour avoir  initié cette formation. Le Contrôleur général des services publics quant à elle, a démontré la nécessité de cette formation.

A noter que pendant six jours, les participants auront à se familiariser avec les thèmes relatifs  aux procédures de la commande publique, de l’audit de la commande publique et de l’évaluation du système de passation des marchés publics. Il s’agira de d’examiner en profondeur les thèmes de l’audit de la commande publique, dont la définition et les objectifs de la mission d’audit de marchés publics ; l’analyse des risques qui brossera entre autres les risques budgétaires dans le cadre des marchés publics ; les risques situés en amont de l’appel d’offres ; les risques situés à la phase d’attribution des marchés et les risques situés en aval de l’attribution du marché ; la méthodologie d’audit ; les points de vérification.

Joseph SISSOKO

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.