Mali : Professeur Clément DEMBELE à propos de l’employabilité des jeunes diplômés

Professeur Clément DEMBELE

« Chaque année l’université malienne offrent 12.000 étudiants dont 3% d’employabilité »La problématique de l’emploi des jeunes diplômés des universités du Mali  était au centre d’une conférence débat le samedi 2 février 2019 à la faculté de Kabala devant plus d’une centaine d’étudiants en Licence de la Faculté des Lettres, des Langues et des Sciences du Langage (FLSL). La conférence a été Co-animée par le Professeur Clément DEMBELE et par des opérateurs économiques dont Cheick DOUCOURE, Directeur Mali Klin et non moins de DND industrie et DL SARL. L’on notait également la présence de Bernard JACQUIN, expert sur l’employabilité et promoteur de ESC Mali- School Of Management. Sur la question épineuse de l’employabilité des jeunes diplômés, Pr DEMBELE a déploré le fait que chaque année l’université malienne versent 12.000 étudiants dont seulement 3% d’employabilité. 

Dans de nombreux pays africains, le taux de chômage des jeunes diplômés est le double du taux de chômage de l’ensemble de la population. Pour éviter une augmentation de cette situation et faire face à ce constat désastreux qui menace l’avenir des jeunes diplômés, il est indispensable et urgent d’améliorer l’employabilité des jeunes diplômés. Sur le marché du travail, les employeurs justifient leur inquiétude quant à la qualité des diplômes d’universités et des établissements d’enseignement supérieur par de nombreux exemples de recrutements inadaptés, par le temps et les moyens qu’ils doivent consacrer à former ces diplômés pour qu’ils deviennent opérationnels dans leurs entreprises pour qu’ils deviennent employables. Après une analyse approfondie sur l’avenir des jeunes diplômés surtout ceux qui sortent des facultés des Lettres que ESC Mali- School Of Management à travers Bernard JACQUIN a initié ce cadre d’échanges avec les étudiants en Licence Lettres. Occasion donc trouver par le Professeur Clément DEMBELE d’avisé les étudiants que « Quand on prend les statistiques du Mali, chaque année l’université malienne offrent 12.000 étudiants dont 3% d’employabilité. Il ne s’agit plus de former les gens, de donner des diplômes aux étudiants, de passer toute la journée entre la maison et les murs de l’université. L’université consiste à vous apprendre à apprendre.  On a plus besoin au 21ème siècle de bourrer les têtes, on a besoin de préparer l’avenir en faisant des bonnes têtes ». Il s’agissait donc à travers cette conférence débat de faire comprendre aux étudiants ce qu’est l’employabilité, ce qu’attendent les employeurs des diplômés qu’ils recrutent. Sur le pupitre, l’opérateur économique, Abdoulaye KONE a invité les étudiants a cultiver l’esprit d’entreprenariat. Il  les a exhortés en ces termes « Une entreprise est un esprit. Créer une entreprise exige des projets, des plans et aller à la compétition. Oser franchir les limites, avoir l’amour et la confiance dans ces actions ». Parlant des préjugés sur l’avenir des étudiants en Lettres, Abdoulaye KONE a rassuré ces derniers que « Les étudiants en Lettres ne sont pas condamnés à devenir des enseignants ». Les organisateurs de cette conférence conviennent qu’il faut encourager l’enseignement supérieur à mettre d’avantage l’accent sur le développement rural et les techniques agricoles améliorées. L’innovation dans le domaine des exploitations agricoles en réservant une place importante à des organismes comme l’ICRISAT permettra des réussites importantes.

Sidiki DEMBELE

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.