Mali : L’OHADA renforce les capacités des acteurs juridiques et judiciaires, en vue de sécuriser l’atmosphère des affaires

L’hôtel Radisson collection de Bamako abrite depuis ce lundi 25 juillet 2022, un atelier de renforcement des capacités des acteurs juridiques et judiciaires en vue de sécuriser l’atmosphère des affaires. La cérémonie d’ouverture était placée sous la présidence du ministre de la justice et des Droits de l’Homme, Garde des Sceaux, représenté par le secrétaire général dudit département, Boubacar Sidiki DIARRA, en présence du directeur général de l’Ecole régionale supérieure de la Magistrature (ERSUMA), et de plusieurs experts formateurs, des universitaires et des praticiens.

Organisée par l’Ecole régionale supérieure de la Magistrature (ERSUMA) de l’Organisation pour l’Harmonisation en Afrique du Droit des Affaires (OHADA), cette session de formation financée par la Banque mondiale vise le renforcement des capacités des acteurs juridiques et judiciaires, notamment des notaires, des huissiers de justice, des magistrats, des avocats, des greffiers, des arbitres, des médiateurs et coopérateurs, des juristes d’entreprise et des banques, ainsi que  toute personne intéressée par les droits des affaires. Au menu de cette session de formation de 5 jours, s’inscrivent 3 thèmes à savoir le règlement des différends et pratiques de la médiation dans l’espace OHADA ; la théorie et pratique du droit des procédures simplifiées du recouvrement et des voies d’exécution ; et les apports de l’OHADA concernant la création, la structuration et la gestion d’une société coopérative.

Selon le directeur des études et expert formateur à l’Ecole régionale supérieure de la Magistrature (ERSUMA), Docteur Karel Osiris DOGUE, cette session de formation s’inscrit dans le cadre du projet d’amélioration du climat des investissements au sein de l’espace OHADA. « C’est un programme qui a lieu dans plusieurs Etats de l’espace. Après la Guinée Bissau, le Burkina Faso et la Centrafrique, nous sommes aujourd’hui au Mali. Nous avons choisi les coopératives qui sont des outils de développement, parce qu’elles sont le fondement du développement rural de nos pays, essentiellement basés sur l’Agriculture, l’Elevage et la Pêche. Ensuite les recouvrements de créances, parce qu’en affaire, il y a souvent des difficultés pour recouvrir les créances avec le partenaire, c’est pourquoi le recouvrement des créances doit être maîtrisé par les magistrats, les avocats, les notaires afin d’accompagner les opérateurs économiques ; et enfin le règlement des différends à l’amiable par la médiation » a expliqué le Docteur Karel Osiris DOGUE. Il n’a pas manqué d’adresser ses remerciements aux partenaires techniques et financiers notamment la Banque mondiale, et l’équipe d’organisation de cette session de formation qui a pris toutes les dispositions pour leur accueil chaleureux et leur sécurité.

Pendant 5 jours, les 80 participants vont plancher sur différents thèmes relatifs à la médiation, à travers des échanges d’expériences, des cas pratiques de rédaction des clauses de médiation, des ateliers pratiques de mises en situation et jeux de rôles, des techniques de communication et d’écoute active.

A noter que cette session de formation prendra fin le vendredi 29 juillet 2022, et que les participants seront déjà outillés pour accompagner des séances de médiation dans toutes les sphères des affaires au Mali et à l’international.

Charles MESSE