Mali : Les syndicats de l’EDM-sa pointent un doigt accusateur sur l’Etat

Les trois syndicats de l’Energie du Mali étaient face à la presse ce vendredi 30 avril 2021, pour mettre l’Etat malien devant ses responsabilités, face aux délestages et à la distribution inégales de l’énergie l’électricité aux Maliens. C’était en présence du secrétaire général de l’Energie du Mali (SYNACOME), Baba DAO et du secrétaire général du Syndicat Unique des Travailleurs de l’EDM Abdoulaye CISSE.

Les syndicats de l’Energie du Mali sortent de leur silence, après la grogne sociale contre ladite structure. Selon secrétaire général du SYNACOME, Baba DAO, la demande de l’énergie au Mali dépasse l’offre. Pour lui, l’énergie est confrontée à des problèmes multiples à savoir l’insuffisance de production, de ligne de transport, de distribution, de pièces de rechange et du manque de personnels. « Depuis plus de 30 ans, l’Etat n’a pas fait d’investissements dans l’énergie » a indiqué Baba DAO avant d’ajouter que les travailleurs de l’énergie sont victimes du délestage, autant que le citoyen lambda. Toutefois, le secrétaire général du SYNACOME propose de faire des états généraux sur la problématique de l’énergie en République du Mali, pour résoudre la crise énergétique.

Pour le secrétaire général du Syndicat Unique des Travailleurs de l’EDM, Abdoulaye CISSE, l’Etat n’a pas de projet structurant pour l’énergie. « Nous produisons, nous transportons et nous distribuons, mais l’Etat n’investit pas, ne construit pas des barrages et des centrales » a indiqué Abdoulaye CISSE avant d’ajouter qu’en plus de ces problèmes cités, il y a aussi et surtout le problème d’endettement. La dette de fin décembre 2020 à 2021 s’élève à 180 milliards de FCFA. Aussi, le courant est produit 145 FCFA et l’Etat recommande de le vendre à 100 FCFA. Du coup, le gouvernement ne s’acquitte pas de cette compensation régulièrement et à hauteur de souhait. Ce qui montre que l’EDM vend le courant à  perte» a déploré Abdoulaye CISSE.

Les syndicats de l’énergie menacent d’aller en grève, si l’Etat ne protège pas ses personnels. La crise énergétique est loin d’être terminée. Pour eux, Il faut un investissement de 5 à 6 ans, pour mettre tous les Maliens dans leur droit dans le domaine énergétique. Le ministre de l’Energie a aussi indiqué dans son point de presse, que l’Etat a besoin de 2300 milliards pour mettre fin au délestage.

Joseph SISSOKO