Mali: l’employabilité des jeunes et l’entrepreneuriat féminin sont au cœur des débats

Un atelier de restitution du rapport-Mali sur l’employabilité des jeunes et l’entrepreneuriat  féminin se tient au grand hôtel de Bamako depuis le jeudi 20 mai 2021. Le projet vise à mettre à la disposition du gouvernement, les réflexions à niveau sous-régional des scientifiques et pratiques sur les politiques en matière d’employabilité des jeunes et d’entrepreneuriat féminin, en guise de contribution à améliorer leur mise en œuvre. La cérémonie d’ouverture a vu la participation du représentant du ministre de l’Education Nationale, de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifiques du Mali, le Pr Abdoulaye DABO, ainsi que celui du ministre de l’emploi et de la Formation Professionnelle, Bassy DIARRA, non moins Chef de Cabinet du ministère de l’Emploi. 

Cette session de travail vise selon le représentant du ministre de l’Education Nationale, de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifiques du Mali, à parcourir les mécanismes nouveaux de mise à disposition des données scientifiques au service de la prise de décision sur le plan politique. « Un Conseil scientifique de qualité exige une capacité de collecte, d’analyse, d’interprétation et de rendu de l’information scientifique à la cible la mieux appropriée pour la prise de décision », a souligné le Pr Abdoulaye DABO, non moins directeur général du centre national de la Recherche Scientifique et  Technologique.

Pour le représentant du ministre de l’Emploi et de la Formation Professionnelle, chef de cabinet du ministère de l’Emploi, Bassy DIARRA, l’employabilité des jeunes exige aussi de former des jeunes et d’assurer leur insertion professionnelle en faisant intervenir une quantité d’acteurs publics et privés qui doivent coordonner leurs actions. Selon lui, la prise en compte des informations rigoureusement établies par des approches scientifiques éprouvées dans la prise de décision est une partie clef de l’équation. Toutefois, il notera que l’un des freins à confronter souvent est le fonctionnement en silos entre les différents acteurs, qui ne se parlent pas suffisamment.

Le principal chercheur  du projet,  le professeur Madiagne DIALLO, abonde dans le même sens, en insistant qu’il est important de  trouver un canal pour fluidifier  la transmission de la connaissance technico scientifique produite par les unités de recherches, et faciliter leur accès  aux preneurs de décisions public et privé. « cet atelier a été l’occasion  de préciser l’objectif du  projet qui est d’appuyer l’amélioration des processus de mise à disposition des connaissances technico scientifiques au profit des décideurs en Afrique de l’Ouest  et en Afrique Centrale  à travers un partenariat sur l’émission d’avis commun sur des axes prioritaires  au profit des gouvernements » a précisé le professeur Madiagne DIALLO.

Signalons que l’atelier prendra fin ce vendredi 21 mai 2021.

Charles MESSE