Mali: Le groupe Famib s’engage à réduire le problème de l’entrepreneuriat jeune, et de ressource humaine qualifiée

C’est au travers d’une Journée portes ouvertes organisée le jeudi 9 janvier 2020, à son siège que  le groupe Famib a présenté à ses partenaires   l’Université Virtuelle du Mali (UVM-UVPP Kingui), quelles sont ses filières et les diplômes qu’elle offre. Cette journée a été présidée par le président directeur général du groupe Amadou DIAWARA. On note au présidium, la présence du chef de cabinet du ministère de l’économie numérique, Abdoul Malick DIALLO, du directeur général de l’AGETIC Hamed Salif CAMARA, du directeur commercial de ECOBANK Mali Seydou COULIBALY, du directeur de Diakité Robotic, Abdoulaye DIAKITE, de la directrice de Zaabban Holding, Aissata DIAKITE.

Ce vaste projet est un processus qui a démarré depuis le 7 novembre 2019 dernier, par le lancement de l’Université Virtuelle du Mali Kingui, UVM-UVPP KINGUI à Bamako. Cette université, la première du genre au Mali, est un concept novateur, qui consiste à déployer une plateforme de formation adaptée au contexte malien, en s’appuyant sur des ressources numériques, afin de faciliter l’accès universel à l’enseignement supérieur de qualité pour la jeunesse malienne et africaine. L’objectif est de proposer aux étudiants des formations diplômantes qui vont élargir leur possibilité de poursuivre leurs cursus à l’international grâce au réseau de partenaires. L’offre d’enseignement de l’université virtuelle du Mali est donc essentiellement orientée vers l’entreprise et l’emploi.

Le président directeur général du groupe, Amadou DIAWARA a indiqué que cette université malienne 100% e-learning, a été créée en tant qu’une entreprise citoyenne,  dans le cadre de sa politique RSE (Responsabilité Sociétale d’Entreprise), pour lancer le pari que le numérique peut permettre à ceux qui n’ont ni les moyens physiques ni financiers, de poursuivre à moindre coûts un cursus universitaire dans de bonnes conditions où qu’ils se trouvent au Mali et en Afrique. « Ce faisant, nous ambitionnons d’impacter de façon notable sur la problématique de l’immigration, de la main d’œuvre qualifiée, ainsi que l’entrepreneuriat jeune, d’où le projet de former gratuitement 1000  jeunes  au  diplôme de BTS, depuis le niveau DEF en entreprenariat. Ces jeunes auront un incubateur en ligne, à travers tous nos réseaux de partenariats, qui vont donner un fonds de démarrage d’une équivalence de 15 à 25 millions de FCFA, à chaque jeune pour s’installer à son propre compte » a promis le patron du groupe FAMIB, Amadou DIAWARA.

Cette journée portes ouvertes a permis de suivre en direct du coté de la France, l’intervention  par visio, des écoles partenaires. Ce qui a permis de comprendre que l’université virtuelle Kingui, ambitionne d’offrir l’opportunité aux étudiants Maliens et Africains, de suivre et de se former à des programmes connectés, pouvant leur permettre de valider des certifications agréées. Ces différents programmes pourront ouvrir les portes de l’INSA de Fès au Maroc, de TBS à Casablanca, à Barcelone et à Toulouse, où ces grandes écoles sont déjà représentéesLes partenaires ont tous exprimé leurs motivations et leurs joies de collaborer avec l’UVM. Il y a aussi les universités numériques thématiques ainsi que par les universités virtuelles déjà existantes en Afrique, notamment au Sénégal, en Côte d’Ivoire, au Gabon et en Tunisie, qui sont déjà en partenariat avec l’UVM. 

Ici à Bamako, tous les intervenants à cette journée ont exprimé également leurs joies de voir se réaliser un projet dont personne ne pouvait imaginer la concrétisation en si peu de temps. Le directeur de l’AGETIC va jusqu’à s’inscrire dans la filière science politique de l’UVM. Hamed Salif CAMARA a précisé que les jeunes de moins de 15 ans ont atteint 48% de la population malienne,  et c’est un devoir de bien former ces jeunes, sinon, ce sera un danger pour le Mali. La directrice du holding Aissata DIAKITE  s’est réjouie de la filière entrepreneuriale qui est possible à l’UVM, et a félicité le groupe FAMIB, notamment son patron Amadou DIAWARA qui d’après elle, ose faire de grandes choses. Pour le Chef de cabinet du ministère de l’économie numérique, Abdoul Malick DIALLO,  cette université fait en sorte que beaucoup des gens puissent avoir la chance d’étudier. Ce qui permettra de désenclaver les  universités, et poussera le Mali à rentrer à grands pas dans l’ère du numérique.

A noter que de futurs étudiants et parents d’étudiants ont posé des questions surtout pour comprendre la faisabilité des programmes, notamment l’accès à internet dans les coins reculés du Mali. Là dessus, l’équipe du groupe Famib a répondu que le programme de l’Agence GEFAU et orange Mali vont s’en occuper.

Philippe MESSE

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.