Mali: Le CONABEM et le cabinet MAS ont remis des trophées et des diplômes de reconnaissance

Le conseil national des Bureaux de placement payant et Entreprises de travail temporaire (CONABEM) et le cabinet Mali assistance services (MAS) ont organisé le samedi 12 septembre 2020 à l’hôtel Azalai Salam de Bamako, une  cérémonie de reconnaissance aux précurseurs  dans les métiers  du service privé de l’Emploi au Mali. Elle a vu la remise de 5 trophées et de 15 diplômes de reconnaissance aux partenaires stratégiques, aux initiateurs, pionniers, et aux cabinets.

Les heureux récipiendaires de cette cérémonie sont les partenaires stratégiques que sont les responsables du ministère du Travail, de l’agence nationale pour l’Emploi (ANPE),  de la direction nationale du Travail, pour leur accompagnement dès la naissance des cabinets et  bureaux de placement; les initiateurs et  pionniers Moussa DEMBELE, Tahirou KONE, Blonba DEMBELE, Boubacar Sidiki KANTE, et madame  Kaloga Malado FOFONA;  et les cabinets APPM, SAER-Emploi,  BARA services et  UPS, pour avoir porté haut  le flambeau du métier au Mali. Au total de 5 trophées et de 15 diplômes.

REACTIONS DES PARTICIPANTS ET RECIPIENDAIRES

Marafa TRAORE: ancien ministre du Travail « Je suis très heureuse de voir qu’après 20 ans les choses évoluent normalement. »

Pour moi, c’est une belle cérémonie d’autant qu’il fallait y penser.  Reconnaître le mérite de ceux qui ont œuvré pour que le service privée de placement soit au Mali. La libéralisation du marché de l’emploi à travers la création d’une structure privée de placement n’a pas facile. Il est vrai que le décret d’application a été signé mais, leur application ne pouvait pas être faite de manière automatique, il a fallu une certaine vision  une certaine conviction non seulement d’un côte de l’administration pour ceux qui étaient chargés de les appuyer mais aussi du coté de ceux qui étaient sur le terrain d’appliquer cette loi. Je suis très heureuse de voir qu’après 20 ans les choses évoluent normalement. Il est vrai qu’avec le covid-19 les vicissitudes économiques le marché de l’emploi n’est pas aussi libre que çà mais il est important que ce événement

Dr Faso COULIBALY: Directeur national du Travail « Nous les accompagnons, nous agréons les taux de placement, mais aussi, nous les contrôlons »

Par rapport à l’activité qui vient de se passer aujourd’hui, je pense que c’est une très bonne chose. Il s’agit d’encourager les précurseurs des bureaux de placement et d’entreprises de travail temporaire. Vous savez comme le début de toute activité que la création des bureaux de placement  a été reconnue dans le code légal du travail depuis 92, et c’est en 1994 que les premiers bureaux ont été créés. Depuis cette période à maintenant, nous les accompagnons, nous agréons les taux de placement, mais aussi, nous les contrôlons à travers les services techniques qui sont à l’inspection du travail. Aujourd’hui le CONABEM a fait du chemin. Au départ, ce n’était pas évident, mais aujourd’hui avec toute l’organisation, je pense qu’on doit les encourager, parce que c’est eux qui créent beaucoup d’emplois contrairement à ce que les gens pensent.

Djeneba KALOA: agent au ministère des Affaires étrangères « C’est une bonne initiative qui nous permet de comprendre ce que nos parents ont vécu dans les temps passé »

J’ai accompagné ma mère pour la cérémonie de remise de trophée et de diplôme de reconnaissance aux ainés vraiment je n’ai pas de mots pour décrire cette situation mais je suis tellement émue et très contente c’est une bonne initiative qui nous permet de comprendre ce que nos parents ont vécu dans les temps passé. Je lance un appel à l’Etat afin qu’il aide ces bureaux de placement et les encourager, parce que c’est eux qui créent beaucoup d’emplois dans le pays.

Moussa KONATE: Représentant de Bara services « Cette initiative de reconnaissance permettra à la nouvelle génération de comprendre que la nouvelle politique de l’Etat » 

Bara services est un des premiers bureaux de travail crées au Mali dans les années 90. Depuis lors, nous nous sommes spécialisés dans le renforcement des capacités, dans le placement des ressources humaines  et dans la gestion des intérims. Une telle initiative de reconnaissance est vraiment à saluer. Çà permet à la nouvelle génération de comprendre que la nouvelle politique de l’Etat, est moins d’emplois pour le secteur public, mais plus d’emplois pour le secteur privée. Qui dit plus d’emplois pour le secteur privé, dit qu’il y à non seulement l’accompagnement des promoteurs des services privés, mais également  l’accompagnement pour le renforcement des capacités des acteurs des services privés.

Propos recueillis par Philippe Charles le Bon MESSE