Mali : Lancement de la campagne d’information sur les spécimens des nouvelles normes d’effets de commerce

Le directeur national de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) a procédé mardi 17 mars 2020 dernier, au lancement de la campagne d’information et de communication sur les spécimens des nouvelles normes d’effets de commerce. C’est la salle de conférence de l’hôtel Sheraton de Bamako, qui a abrité les travaux de cette rencontre. On notait la présence effective du directeur national de la BCEAO, Konzo TRAORE, du vice président du comité de normalisation des effets de commerce, Koffi Senyo GBLOKPO, et de la secrétaire exécutif du comité ouest africain d’organisation et de normalisation bancaire  et financière (CONOBAFi), madame Assitan KOUYATE.

En procédant au lancement de la campagne d’information et de communication sur les spécimens des nouvelles normes d’effets de commerce, l’objectif visé est de présenter les résultats des travaux réalisés par le comité technique mis en place par le comité ouest africain d’organisation et de normalisation bancaire  et financière (CONOBAFI).

Le secrétaire exécutif du comité ouest africain d’organisation et de normalisation bancaire  et financière (CONOBAFI), madame Assitan KOUYATE a souligné queCONABAFI a pour but d’assurer la réalisation de la pleine efficacité  des innovations réalisées en matière de systèmes et moyens de payement dans les pays de l’UEMOA dans les conditions optimales de sécurités juridiques et techniques « Le comité exécutif de CONABAFI a estimé que ses moyens de paiement qui représentaient 2,556 milliards en 2016 en valeur total et 18 millions en moyenne par  effet devrait être sécurisé tant au niveau du support que de leur traitement » a déclaré madame Assitan KOUYATE.

Le vice président ducomité de normalisation des effets de commerce,Koffi Senyo GBLOKPO, explique que sa structure mise en place par CONABAFI, est composée  essentiellement des banques, car ce sont elles qui sont confrontées aux problèmes liés au traitement des effets à savoir : la qualité du support, la disparité de la forme du support, la sécurité du support, la lenteur du traitement due aux 3 modes essentiellement manuel.

Pour le directeur national de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest  (BCEAO) Konzo TRAORE,cette rencontre est pour les professionnels de la banque, le lieu de comprendre le fonctionnement de ces nouveaux spécimens d’effets et de se les approprier, afin qu’au sortir de ces échanges, ils puissent être le relais de ces innovations auprès de leurs clients. « Un nouvel environnement de tests mis en place à partir du 16 décembre 2019 a enregistré des résultats plus satisfaisants. Ainsi au cours de la période du 16 décembre 2019 au 14 février 2020, sur les quatorze (14) banques participants à SICA-UEMOA au Mali, huit (08) ont pris part aux tests. Ce sont la BDM, la BICIM, ECOBANK, la BMS, la BSIC, la BAM, ORABANK et UBA soit 57,14 % des banques. La période de tests a été prolongée jusqu’au 30 juin 2020 afin de permettre à la majorité des banques d’y participer. L’entrée en vigueur des normes se fera par Instruction du Gouverneur de la Banque Centrale » a informé Konzo TRAORE.

Le comité a réalisé un état des lieux de l’utilisation des effets de commerce dans l’UEMOA à savoir la revue du cadre juridique, des travaux antérieurs de normalisation, des insuffisances et risques inhérents aux traitements des effets de commerce. Il a ensuite effectué un benchmark en ciblant particulièrement les expériences de la France et du Maroc. De ces expériences, il a élaboré un rapport mis à la disposition des APBEF puis proposé des  projets de normes et de spécifications des formules d’effet de commerce à la validation du Conseil Exécutif. 

Philippe MESSE

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.