Mali : La validation du plan d’actions pour la période 2022- 2023 à l’assemblée générale du GPAC

Le Groupement Professionnel des Agences de Communication et des régies publicitaires du Mal crée en 2011 et affilié au Conseil National du Patronat du Mali a tenu, hier jeudi, son Assemblée générale ordinaire pour valider son plan d’actions 2022-2023.

Créé en 2011, le GPAC compte aujourd’hui 96 membres et est dirigé par un bureau de 16  chefs d’entreprises. Lesquels sont entre autres  des responsables des agences conseil en communication, de communication et les régies publicitaires. L’assemblée générale tenue  hier jeudi, selon son secrétaire général Cheick Oumar Tall, est conforme aux dispositions statutaires du GPAC qui engage le bureau à organiser chaque année son assemblée générale ordinaire.

Pour le Président du GPAC,  Sidi Dangnoko,  l’AG  de cette année est consacrée à la présentation du rapport d’activités du bureau,  du rapport financier, plan d’actions 2022-2023 et les amendements des textes que les professionnels de la  communication aimeront  apporter.

La validation du plan d’actions pour la période 2022- 2023 a été l’un des enjeux principal de la présente AG qui, selon le document de presse, a permis de fixer le cadre des interventions et activités du bureau pour la période indiquée. Et quant aux amendements, ils sont portés sur  l’organisation  et l’adaptation des textes à certains besoins pratiques et favoriser l’adhésion de nouveaux membres à travers deux nouvelles catégories. Ainsi, les agences digitales et évènementielles ont été autorisées à adhérer au GPAC.

En terme de bilan, il faut noter que le GPAC a été  doté d’un statut  qui régie le secteur publicitaire, la régulation des charges publicitaires a été doté d’une base juridique et des initiatives ont été prises pour assouplir la collaboration entre les agences de communication et de régies publicitaires et les médias privés et publics.

Présidant la cérémonie inaugurale de cette assemblée générale, le Ministre en charge de la Communication et de l’économie numérique, Me Harouna Touré, a témoigné le soutien du gouvernement à cette faitière du secteur privé. « Nous sommes déterminés à relever le défis et à faire avancer le pays. Ce challenge se fera avec toutes les composantes du secteur privé », a indiqué Me Harouna Touré. Il a loué la mise en place des agrées publicitaires au Mali, l’attribution de 50 agréments, la réglementation des affichages publicitaires et la convention entre le GPAC et l’ORTM qui, selon le ministre, est un gage du fonctionnement du partenariat public-privé.  Auparavant, le ;président de la Maison de la Presse,  le président intérimaire du CNPM et le représentant de l’ORTM ont pris la parole pour faire le bilan de leur collaboration avec le GPAC.

Siaka DIAMOUTENE/Maliweb.net