Mali: « La loi Sapin 1 et 2 constitue un bel exemple de bonnes pratiques en matière de la bonne gouvernance » dixit le président Mamadou Sinsy COULIBALY

L’ancien ministre français Michel SAPIN, initiateur de la loi Sapin 1 et 2, a animé vendredi 25 octobre 2019, une conférence au conseil national du Patronat du Mali, sur le thème: la loi sapin 1 et 2 sur la bonne gouvernance. C’était en présence de son excellence l’ambassadeur de la France au Mali Joël Mayer, du président du patronat Mamadou Sinsy COULIBALY, des présidents des groupements professionnels, des acteurs du secteur privé français et malien et  de plusieurs personnalités.

D’entrée de jeu, c’est le du président du patronat  du CNPM Mamadou Sinsy COULIBALY qui a pris la parole pour remercier les participants à la conférence sur la loi sapin 1 et 2. « Ces lois constituent à nos yeux un bel exemple de bonne pratique en matière de gouvernance et de la lutte contre la corruption »  a souligné Mamadou Sinsy COULIBALY.

La loi 1691 du 9 décembre 2016 relative à la transparence et la lutte contre la corruption et à la modernisation de la vie économique tout comme la loi 122  du 29  janvier 1993 qui l’a précédé est une loi française dont l’objectif est de promouvoir la gouvernance dans la gestion des affaires publiques et le fonctionnement des entreprises. La loi 122 visait à éclaircir les comptes des partis politiques, réglementer les activités immobilières et instituer des procédures de mise en concurrence préalable en matière de conclusions des comptes rendus et de délégation des services publics. La loi 1691 introduit à la charge des entreprises, une obligation de vigilance à travers l’adoption d’un code de bonne conduite définissant les différents types de comportements à proscrire comme étant susceptibles  de produire des effets de corruption, des trafics d’influence, des procédures de contrôles à mettre en place et les dispositifs d’évaluation pour les mesures prises.

Dans sa communication, l’ancien ministre français des finances Michel SAPIN, non moins ancien  député,  ancien maire d’argenton, membre du parti socialiste depuis 1975, a indiqué qu’il est possible de faire reculer la corruption et de la mettre au marge, lorsque parfois elle est trop au cœur d’une économie et d’une société. « C’est ce que  l’on doit essayer de faire pour que la délinquance financière  soit sur les marges, pour que  les institutions aient des outils et qu’ils puissent coopérer lorsque les délits sont commis et qu’il existe des structures pour punir les délits. C’est ainsi qu’une société peut fonctionner dans de bonnes conditions » a expliqué Michel SAPIN. Selon lui, il faut être efficace dans la lutte contre la corruption et avoir un message clair et intransigeant. C’est un élément qui permet de donner confiance  aux concitoyens dans les institutions, dans les représentations, et dans la démocratie. Sinon c’est la démocratie elle-même qui est mise en cause. 

Plusieurs participants ont posé la question de savoir comment le Mali peut il venir à bout de ce fléau de la corruption. Là-dessus, le conférencier a lancé des pistes de solutions à explorer. A noter  que Michel SAPIN fut aussi conseiller régional du centre de 1998 à 2000 ; ancien ministre de travail, de l’emploi et de la formation professionnelle et ancien ministre de la fonction publique et de la reforme de l’Etat.

Falaye SISSOKO

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.