Mali : Formation sur le règlement de différends et la pratique de la médiation dans l’espace OHADA

Un atelier de renforcement des capacités des acteurs juridiques et judiciaires se tient depuis 4 jours à l’hôtel Radisson Collection de Bamako. Organisée par l’Ecole régionale supérieure de la Magistrature (ERSUMA) de l’Organisation pour l’Harmonisation en Afrique du Droit des Affaires (OHADA), cette session de formation financée par la Banque mondiale vise à sécuriser l’atmosphère des affaires dans les Etats membres.

Avec la mondialisation de l’économie et la multiplication des litiges, les modes alternatives de règlement des litiges dont la médiation sont en train de prendre de l’envol dans nos pays. A côté de la justice étatique, il y a d’autres modes alternatives de règlement de litiges prônées par l’OHADA, qui sont propres au monde des affaires. L’objectif final est de redonner confiance aux investisseurs aussi bien nationaux qu’étrangers pour stimuler la croissance et créer d’autres pôles de développement en Afrique. A Bamako, plusieurs auditeurs participants à cette formation donnent leurs points de vue sur la qualité des formateurs et des modules enseignés lors de cette session.

Maître Mamadou Gaoussou DIARRA : Avocat inscrit au barreau du Mali et ancien ministre des investissements et des initiatives privées au Mali

« En plus, c’est une formation assez vivante puis qu’il y a une interaction entre la théorie et la pratique »

« La formation a débuté depuis 4 jours et nous avons pu nous rendre compte que c’est une formation bien préparée avec des formateurs de haut niveau avec lesquels nous arrivons à mieux appréhender l’acte uniforme sur la médiation. En plus, c’est une formation assez vivante puis qu’il y a une interaction entre la théorie et la pratique. Je pense que c’est le genre d’initiative qu’il faut encourager et démultiplier. La pratique du droit n’est pas figée, elle évolue et on a toujours besoin de repartir à l’école et de se confronter à d’autres praticiens. En voyant la qualité des participants, la diversité des profils, notamment magistrats, juristes d’entreprise, avocats, même des experts comptables, on se rend compte que c’est un bon cadre du donner et du recevoir ».

Mme DIALLO Ramatoulahi COULIBALY : Juge au siège de tribunal de Commerce de Bamako

« La médiation offre une opportunité aux parties, en cela qu’elle assure l’intérêt commun des partenaires en relation »

« Tout d’abord, ce qui m’a motivée à choisir le thème de médiation, c’est qu’au niveau de nos juridictions, le thème de la médiation est un thème un peu mal conçu par les justiciables. C’est pourquoi, la plupart des parties se retrouvent toujours devant le tribunal pour régler leur litige. Pourtant, la médiation offre une opportunité aux parties, en cela qu’elle assure l’intérêt commun des partenaires en relation. Pour moi, la qualité de la formation est excellente surtout que c’est une matière qui est un peu méconnue par les magistrats aussi bien que les auxiliaires de justice. Aussi, la qualité des participants prouve que cette session de formation est de meilleure qualité. Nous étions avec des magistrats, des juges, des juristes d’entreprise, des avocats et des opérateurs économiques ».

Maître Rokiatou MAKADJI : Avocate inscrite au barreau du Mali

« Les modules enseignés sont bien, même si c’est une initiation, j’espère qu’on aura l’occasion de bénéficier d’autres formations de niveau avancé »

« Cette formation sur la médiation est une formation de qualité et le thème surtout est important dans le secteur judiciaire malien aujourd’hui. C’est une bonne chose de privilégier la médiation et moi personnellement, je demande à nos adversaires, aux magistrats aussi de privilégier d’abord la médiation avant d’aller au procès. Donc, si aujourd’hui nous avons l’opportunité d’être formée dans ce sens, je pense que c’est une bonne idée. Les modules enseignés sont bien, même si c’est une initiation, j’espère qu’on aura l’occasion de bénéficier d’autres formations de niveau avancé ».

Abdoulaye SOGOBA : Opérateur Economique, directeur juridique et contentieux du groupe SAER

« La médiation est une très bonne démarche surtout pour nous autres opérateurs économiques dans le cadre du règlement des litiges »

« Moi, je suis assez satisfait de cette formation et surtout de l’initiative. Mes impressions sont positives surtout par rapport à la thématique de la médiation en droit OHADA. La médiation est une très bonne démarche surtout pour nous autres opérateurs économiques dans le cadre du règlement des litiges. Je pense que cet instrument à côté de l’arbitrage est une avancée très notable et qui permet particulièrement d’assurer la sécurité dans le règlement des litiges. Ce qui est encore plus intéressant avec la médiation, c’est son esprit qui veut que naturellement que les affaires ne puissent pas cesser lors du règlement des litiges. Ce qui veut dire que les relations d’affaires et les relations commerciales ne vont pas s’arrêter, et que l’on peut toujours continuer à travailler ensemble ».

Propos recueillis par Charles MESSE