Mali : Formation sur le leadership féminin

Le forum des femmes actives pour les objectifs de développement durable et l´émergence (FAODE) a organisé le vendredi 5 mars 2021 au Palais de la culture de Bamako « un atelier de formation le leadership féminin ». L’ouverture des travaux a été présidé par le Parrain du FAODE/MALI, Mr. Fane DEMBA, sous la présence de la présidente FAODE/MALI, Mariam Ina KOITA ; la 5e adjointe du Maire de la Commune 5 du District de Bamako, Haidara Oumou TOURE ; la Représentante du Ministère de la Promotion de Femme, de l´Enfant et de la Famille, Koulibaly Korotoumou TRAORE et plusieurs autres personnalités.

Selon la présidente du FAODE/Mali, Mariam Ina Koïta, l´activité phare de FAODE/Mali est de faire émerger les femmes, les accompagner dans la mise en oeuvre des activités génératrices de revenus, pour qu´elles puissent s´épauler entre elles et pour qu´elles soient autonomisées. « Cette année (la Journée Internationale des femmes) JIF sert de cri de ralliement pour l´égalité du genre favorisant l´avènement d´un avenir a chances égales » lance-t-elle. En rapport avec le thème de la JIF de cette année qui est le leadership féminin pour un futur égalitaire dans le monde de la covid-19, « le FAODE/Mali ne restera pas en marge des activités du 8 Mars et apportera son soutien à tous ses membres à travers la sensibilisation et l´information pour l´éradication de la maladie a covid-19 » a-t-elle annoncé, avant de remercier solennellement le Parrain du FAODE/Mali qui grâce à son appui financier cette formation a eu lieu.

De son côté, le Parrain du FAODE/Mali a salué les femmes pour leur implication et a exprimé sa satisfaction pour leur accompagnement à leur mission commune. « Vous êtes des leaders incontestées, parce que chacune d´entre vous a une influence sociale, Culturelle et économique dans son environnement. Leaders parce que vous êtes écoutées dans vos familles dans vos quartiers, Leaders pas plus, pas moins » va-t-il dit avant de souligner le rôle important que joue la gente féminine dans les différentes crises et se dit être toujours prêt à les accompagner dans les missions à venir.

Comme indiqué par la représentante du ministre de la Promotion, de la Femme, de l’Enfant et de la Famille, Coulibaly Korotoumou Traoré, cette année le 8 mars est dans le contexte de la covid-19 et les femmes et les enfants sont les plus touchés. Le 8 mars n´est plus des activités folkloriques ou l´on danse, on chante. Maintenant, c´est un lieu de faire le bilan, des avancées au terme du développement du mali et en termes de progrès réalisés.

Maria MARO