Mali : Elaborer un plan d’action pour stabilisation la région de Bandiagara

Le ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation, Porte-parole du gouvernement, le colonel Abdoulaye MAIGA a présidé le jeudi 24 juin 2022, à l’école de Maintien de la Paix Alioune Blondin Bèye, la première réunion du comité national de pilotage de la facilité de stabilisation de la région du Liptako-Gourma. C’était en présence de son homologue des Mines, de l’Énergie et de l’Eau, Lamine Seydou TRAORE, du représentant des bailleurs, l’ambassadeur de la République fédérale d’Allemagne au Mali, Dietrich POHL et du représentant résident du Programme des Nations-Unies pour le Développement (PNUD) au Mali, Jo SCHEUER.

Ce plan de travail s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre de la Facilité de stabilisation du Liptako-Gourma pour la Région de Bandiagara. « Dans cette perceptive, les consultations ont abouti à l’élaboration du Plan d’actions conjoint couvrant cinq communes de la localité (Bandiagara, Pignari-Bana, Doucoumbo, Dandoli et Dourou) » a déclaré le ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation, porte-parole du gouvernement. Il vise des activités dans le cadre de la sécurité et du retour de l’État ; la mise à disposition d’infrastructures de services sociaux, sans oublier le renforcement des moyens de subsistance pour relancer l’économie locale, la cohésion sociale et la mise en place du mécanisme de gestion de la Facilité. Selon le ministre, le projet permettra notamment l’amélioration de la sécurité et de la présence de l’État, la disponibilité des moyens de subsistance pour toutes les populations cibles, le renforcement de la cohésion sociale et de la paix dans les zones ciblées. Il a réitéré l’intérêt que portent les plus hautes autorités du Mali à la stabilisation du pays et particulièrement les régions frontalières du Liptako-Gourma. « C’est l’occasion de mettre en évidence les efforts conjugués par les départements ministériels impliqués, les partenaires au développement et les autorités régionales qui se sont investis pour poser les jalons majeurs de la mise en œuvre de ce projet de stabilisation » ajoutera-t-il. Ces efforts communs ont permis de définir de façon coordonnée, les zones d’intervention du projet de la facilité de   stabilisation, couvrant les Régions de Bandiagara, Douentza, Gao, Mopti, Ménaka et Tombouctou. Au regard de ces avancées, le ministre MAIGA a une fois de plus réaffirmé la détermination de son département à œuvrer, en rapport avec toutes les parties prenantes, pour la réussite de la facilité de stabilisation au Mali.

Cette facilité qui vient s’ajouter aux actions du cadre politique de gestion de la crise du centre, est une expression de la ferme volonté de l’État à développer une approche holistique de la stabilisation du pays. C’est pourquoi, cette réunion a servi de cadre pour valider le plan de travail annuel et donner les orientations nécessaires en vue de la réalisation des actions concrètes identifiées dans les sites retenus. Enfin, le ministre a apprécié l’expertise opérationnelle et programmatique du PNUD qui, en rapport avec le Comité d’experts et les autorités régionales, a enclenché des actions sur le terrain à Bandiagara et réalisé des diagnostics qui ont permis de disposer de plans d’actions conjoints dans la Région de Bandiagara ; d’un Plan annuel de travail ; d’un aperçu global de la situation sécuritaire et d’en mesurer l’impact sur la mise en œuvre du projet.

Joseph SISSOKO