Mali: Des projets d’envergure pour 2021, dans les zones d’intervention de l’ATI

L’agence d’Aménagement des Terres et de fourniture de l’eau Irriguée (ATI) a tenu le lundi 25 janvier 2021, la 6è session de son conseil d’administration, sous la présidence du secrétaire général du ministère de l’Agriculture, Lassine DEMBELE. C’était en présence du PDG de l’ATI, Dr Lamissa DIAKITE et de tous les administrateurs. 2021 verra l’aménagement de plus de 1000 ha de terre et la mise en œuvre des études de reconversion à la maîtrise totale de l’eau de 4650 ha des casiers rizicoles et un portefeuille de projets bancables de 5800 ha en zone office du Niger.

Les administrateurs de l’ATI ont, au cours de la 6è session du conseil d’administration  examiné et adopté le procès-verbal de la 5è session, l’état d’exécution des recommandations de la précédente session, le rapport d’activité et le rapport financier de  2020, ainsi que le programme d’activité et le budget 2021.

Le secrétaire général ministère de l’Agriculture, Lassine DEMBELE, président du conseil d’administration  a rappelé dans ses propos liminaires, que le secteur agricole occupe une place de choix dans l’économie du Mali avec 40,90% dans la formation du PIB en 2016 contre 38,36%  en 2014. L’Agriculture est le moteur du développement économique du Mali. C’est pourquoi, ces dernières années, les autorités affectent 15% du Budget national au secteur rural.  « L’insuffisance des ressources humaines, logistiques et financières ; l’absence de dotation initiale en terres aménagées et non aménagées ; les difficultés d’acquisition de terrain pour la construction du siège de ATI, sont autant de contraintes qui ont fait revoir le budget 2021  de l’ATI à la hausse de 21% par à celui de 2020 » a justifié le président du conseil d’administration, Lassine DEMBELE.

A en croire ses propos, l’autosuffisance alimentaire et la réduction de la pauvreté dans le monde rural, demeurent des priorités pour le Mali. « Aujourd’hui, les plus hautes autorités sont conscientes, que cet idéal ne peut être réalisé que par la  mécanisation de l’Agriculture et par  des aménagements hydro agricoles à grande échelle, dont la tâche est confiée à ATI. L’agriculture irriguée demeure l’alternative viable pour assurer la sécurité alimentaire, nutritionnelle et réduire la pauvreté » a indiqué le secrétaire général du ministère de l’Agriculture, avant d’ajouter que  l’agriculture malienne fait face à des  enjeux climatiques et démographiques avec une pluviométrie aléatoire de 3 à 4 mois par an et par endroit. C’est pour répondre à cette préoccupation, que l’Agence d’aménagement des terres et de fourniture de l’eau irriguée a été créée en 2015.

Malgré la crise sécuritaire, des réalisations de taille en 2020 ont été faites

L’ATI a toujours inscrit toutes ses activités dans le cadre de la vision globale du département. Pour l’exécution de ses activités en 2020, l’agence s’est focalisée sur son opérationnalisation, la préparation et la mise en œuvre de projets de développement. C’est ainsi que l’agence dispose aujourd’hui d’un plan d’investissement prioritaire de 2017-2021, d’un manuel de procédures de gestion administratives, comptable et financières qui a été adopté par la direction générale du contrôle des services de l’Etat 2019.

Concernant la préparation et la mise en œuvre des projets, il faut noter que l’ATI  est actuellement chargé de la mise en œuvre de  deux grands projets structurants dans le domaine de l’irrigation et de la commercialisation agricole.  Il s’agit du Projet d’Appui Régional à l’Initiative pour l’Irrigation au Sahel  PARIIS et du Projet de Développement de la Productivité et de la Diversification Agricole dans les Zones arides du Mali (PDAZAM). Ces deux projets sont financés par la Banque mondiale et  leur exécution connait des avancées significatives. 

Le PARIIS se propose d’aménager plus de 3000 hectares dans les régions de Koulikoro, Ségou, les zones de l’Office du Niger et de l’Office Riz Ségou.  PDAZAM programme la réalisation de 161 infrastructures dans son PTBA-2020. Le PDAZAM  comprend 78 sous-projets productifs dont : 33 petits périmètres maraichers ; 33 bas-fonds ; 12 mares. Il a aussi 85 sous projets de commercialisation dont 24 banques de céréales ; 18 magasins de stockage ; 23 boutiques d’intrants et  21marchés ruraux.  

Outre le PARIIS et le PDAZAM, l’ATI s’est beaucoup investie dans la préparation du projet de développement de l’agriculture irriguée  commerciale en zones office du Niger (PDAIC- ZON) et la  réalisation technique et financière du programme des nouveaux villages agricoles (NVA) avec 20 NVA programmées dans les grands bassins de production agricole comme l’Office du Niger, l’ODRS à Sélingué et l’ADRS à Manatali.

Le projet de développement de l’agriculture irriguée et commerciale en zone office du Niger PDAIC ZON a été délocalisé sur le site de MBéwani en zone Office du Niger en raison de l’insécurité grandissante dans la zone d’Alatona. Les NVA de M’Bewani, de Sélingué et de Manantali sont plus avancés.

Pour Lassine DEMBELE, la mise en œuvre effective de tous ces projets se traduira par l’amélioration de la production et de la productivité agricole dans les zones concernées. Toute chose qui contribuera, selon lui, à l’atteinte de la sécurité alimentaire et à la réduction de la pauvreté. C’est pourquoi, il  a exhorté le personnel de l’ATI  à plus de rigueur dans la mise en œuvre des orientations données par le Conseil d’administration.

Aux dires du PDG de l’ATI, Dr Lamissa DIAKITE, ce projet  connait des avancées notoires. « A ce jour, le processus de recrutement du personnel clé est bouclé et la plupart des activités ont démarré en 2019. Il est prévu, dans le cadre de la mise en œuvre  du PARIIS, l’aménagement de 35 sites et le taux de réalisation en 2020 est de 74% pour la composante A ; 50% pour la composante B ; et 80% pour la composante C » a expliqué avant d’ajouter qu’en 2021, PARIIS se propose d’aménager plus de 1000 ha et de mettre en œuvre des études de reconversion à la maîtrise totale de l’eau de 4650 ha des casiers rizicoles et un portefeuille de projets bancables de 5800 ha en zone office du Niger.

A noter que l’Agence d’Aménagement des Terres et de fournitures de l’eau d’irrigation (ATI) est un Établissement Public à caractère Industriel et Commercial (EPIC). Elle a pour mission principale de contribuer à la satisfaction des besoins en terres agricoles aménagées, d’appuyer la réalisation des infrastructures et équipements ruraux dans les bassins de production et d’accompagner les producteurs dans la gestion des aménagements hydro-agricoles.

Charles MESSE