Mali: Bamako devient la capitale des mines et pétroles du monde

La 8eme édition des journées minières et pétrolières du Mali (JMP 2019) a ouvert ses travaux depuis ce mardi 12 novembre 2019, au centre international de conférence de Bamako(CICB). Cet événement est organisé conjointement par le ministère des Mines et du Pétrole, et AME Trade Ltd du Royaume-Uni. La cérémonie d’ouverture est placée sous la présidence du chef de l’Etat, représenté par le premier ministre Dr Boubou CISSE. On notait à ses côtés, la présence de la ministre des Mines et du Pétrole mme LELENTA Hawa Baba BAH, des membres du gouvernement, des députés de l’Assemblée nationale, des représentants des missions diplomatiques et consulaires, du président de la chambre des mines et de nombreuses personnalités.

Avec pour thème principal « Développer durablement les secteurs minier et pétrolier maliens au profit des générations futures », les JMP conférence & exposition internationale sur l’industrie minière et pétrolière au Mali, sert de plate-forme pour discuter du développement régional des industries minière et pétrolière et plus particulièrement de l’impact et de l’avenir de ces secteurs au Mali. Selon la ministre des Mines et du Pétrole mme LELENTA Hawa Baba BAH, cette 8eme édition  regroupe plus de  400 délégués  officiels venant d’une vingtaine de pays à travers le monde, et intervient juste après l’adoption par le gouvernement du Mali, d’un nouveau code minier. A en croire ses propos, la politique nationale de développement  du secteur minier et pétrolier va être bientôt adopté. «  Cette politique entend faire de l’activité minière,  l’un des moteurs  du développement durable à travers  l’accroissement substantiel de la part des produits miniers dans le PIB » a indiqué mme LELENTA Hawa Baba BAH.

Le Mali a produit 60,8 tonnes d’or en 2018, selon les statistiques nationales, en hausse  de 23%. Les revenus de l’impôt sur les sociétés,  des droits de douanes et des dividendes, taxes et redevances du secteur minier contribuent pour environ 1/4 au budget national. L’or fournit les 3/4 des recettes d’exportation du Mali. Avec 13 mines actives (et plusieurs autres en construction), l’industrie minière emploie  directement 12000 salariés. Ajoutée à l’orpaillage artisanal, ce secteur occupe plus de 400 000 personnes, qui entretiennent plus de 2 000.000 de personnes dont la plupart sont des  jeunes. Les différents embellies constatées au niveau des exportations d’or, des recettes  fiscales engrangées et des emplois crées sont le fruit de l’amélioration du climat des affaires intervenues à la suite des reformes institutionnelles législatives et réglementaires entreprises ces dernières années. A constaté le président de la chambre des Mines du Mali Abdoulaye PONA.

Pendant 3 jours, plusieurs thèmes seront présentés aux participants à savoir : La transformation du potentiel en production en créant un cadre d’investissement minier attractif, la finance et l’investissement dans le secteur minier malien, les connaissances géologiques, clés du développement et de la diversification du secteur minier au Mali, l’or : d’un passé doré à un avenir radieux?, le développement des infrastructures et des liaisons de transport en tant qu’artères du secteur minier, le développement d’un mix énergétique durable au Mali, les contenus locaux et la responsabilité sociale des entreprises au sein du secteur minier du Mali, la formation de la prochaine génération de professionnels miniers maliens, la création de liens, l’ajout de valeur et le développement d’une chaîne d’approvisionnement locale au sein du secteur minier du Mali, le potentiel et les perspectives dans le cadre de la recherche de ressources pétrolières et gazières au Mali, Études de cas: le Mali, plus qu’une opportunité en or, l’environnement et le développement durable au sein de l’industrie minière malienne.

Philippe MESSE

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.