Mali: Augmentation du prix de la viande

Au Mali, la viande a une place de choix dans le classement des produits alimentaires de grande consommation. Le panier de la ménagère souffre depuis un certain temps de la hausse du prix de ce produit nécessaire pour une bonne alimentation. Et pour cause, certains évoquent la thèse de l’exportation incontrôlée et d’autres, l’insécurité dans les zones d’élevage. Cette flambée du prix du kilo de la viande dans les boucheries poussent les  vendeurs et les consommateurs de viande à se plaindre. Pour voir la réalité sur le terrain, nous avons fait un tour dans certains marchés de Bamako.

Mountaga DOUMBIA : restaurateur

 « J’achète la viande au prix d’en gros à 2700 FCFA. Avant le carême, j’achetais le kilo de la viande à 2300 FCFA. Maintenant je prends le kilo à 2750f. La viande avec  os est à 2750 FCFA et sans os est 3000 FCFA ou 3250 FCFA. C’est la cherté. Comment va-t-on vivre ? On ne peut ni acheter le poisson ni la viande. C’est vraiment difficile. Il n’y a pas d’argent dans le pays. La viande est extrêmement chère. Avant la viande avec os était à 2000 FCFA, maintenant, c’est monter jusqu’à 2750 FCFA. C’est vraiment cher. Je les demande de diminuer le prix de la viande pour que riche et pauvre puisent en manger. Nous préparons à la maison sans viande et sans poisson, parce qu’ils sont chers. Les clients nous critiquent tout le temps. Quand on trouve dans la cherté, on vendra dans la cherté et la manière dont on trouve, c’est de cette même qu’on vend. Nous sommes obligées de vendre ainsi. Le kilo de la viande est plus 2500 FCFA, le prix des condiments est à 1000. Comment peut-on acheter de la viande dans cette condition. Je demande aux Maliens se lever pour le prix de la viande soit diminué. 

Pour Ali DJITTEYE, membre de l’association des éleveurs du Mali, il n’y a plus de bétail à Bamako à cause du conflit du Nord, « les gens ont peur d’aller acheter les bétails dans ces zones, car on est susceptible d’être attaqué à tout moment. Même si on envoie de l’argent, c’est encore cher et des fois les chauffeurs refusent d’aller prendre nos bœufs », a expliqué Ali DJITTEYE. Selon lui, avant la hausse du prix sur le marché, leur syndicat avait demandé une rencontre avec les plus hautes autorités sans succès. Aux dires de Ali DJITTEYE, cette situation n’arrange personne, car nous savons tous que la viande est beaucoup consommée au Mali et cette hausse des prix oblige certains clients à réduire leur consommation et d’autres à ne même plus acheter la viande », a conclu DJITTEYE.

Mah BAGAYOGO est une vendeuse d’oignon, de pomme de terre, de banane plantain, d’igname, et d’avocat au marché de Lafiabougou depuis plus de 30 ans. Elle indique que le prix de kilo de viande a grimpé au grand dam de la population malienne, notamment des ménagères. Pour elle, la raison principale de cette augmentation est l’œuvre de l’exportation incontrôlée de bétail, qui accroît d’année en année. 

Selon Djibi DEMBELE: Boucher au grand marché de Bamako, le marché de viande connaît en ce moment une hausse qui est appréciée diversement selon que l’on soit boucher ou consommateur. En effet le kilo de viande  (avec os) était vendu à 2 200 F CFA, mais ces derniers jours, le marché a constaté une hausse subite des prix. « La montée des prix n’est pas de leur faute. Nous sommes comme des revendeurs. Nous partons acheter la viande à l’abattoir. Eux aussi affirment avoir les bœufs à 400 000 F CFA ou plus, même si c’est minimum ils doivent aussi gagner un bénéfice. Dans l’abattoir, ils expliquent que le bétail commence à se faire rare », a expliqué Djibi DEMBELE. Il ajoute que le prix de l’aliment bétail n’est pas aussi abordable. « Les bœufs qui sont ici à Bamako sont nourris avec les aliments bétails qui sont eux aussi chers».

Bouna COULIBALY, Commerçante à Kanandjiguila

La viande est maintenant chère, tout est cher. Le kilo de la viande est de 2750f dans certains coins, dans d’autres c’est à 3000 FCFA en allant. Les bouchers n’ont pas les mêmes prix. La viande est chère, le riz est cher, tout est cher. Quand on part au marché et on regarde le prix et la poche, on a du mal à acheter les condiments. Les hommes n’ont pas augmenté le prix de condiment. Je les supplie de diminuer les prix de la viande et du riz. Les 20 litres d’huile sont à 19000 FCFA, c’était à 1200f. Tout est cher maintenant. Je demande aux autorités de se lever, car les Maliens souffrent.

Que ce soit l’exportation qui est le facteur de la hausse, ou l’insécurité au centre et au nord du Mali, notons que ces zones sont des endroits qui abritent le plus grand nombre d’éleveurs et c’est dans ces zones que proviennent la majorité des bétails. Avec cette situation, le pays risque de connaitre bientôt une pénurie de viande, si aucune mesure n’est prise. Espérons que les hautes autorités prendront vite des mesures pour que l’exportation des bœufs soit mieux contrôlée, pour le bonheur de toute la population malienne.

Propos recueillis par Joseph SISSOKO