Mali : 5500 milliards de FCFA pour la réalisation du programme d’infrastructures économiques

Le premier ministre Soumeylou Boubeye MAIGA

Le programme d’infrastructures économique est un projet d’une durée de cinq ans (2019-2023) avec un  coût total de 5500 milliards de FCFA. Il  permettra de donner un coup d’accélérateur au niveau du secteur privé malien confronté à plusieurs difficultés. Ce projet a pour but de rapprocher davantage les zones de production à celles des zones de consommation avec la réalisation des routes et d’autres ouvrages permettant du cout le désenclavement de notre pays. Ledit projet a fait l’objet présentation au cours d’une cérémonie qui a eu lieu, le vendredi 15 février 2019 au Conseil National du Patronat du Mali (CNPM). C’était sous la présidence du chef du Gouvernement Soumeylou Boubeye MAIGA.

Cette cérémonie grandiose a été marquée par la présence des membres du Gouvernement, des Partenaires Techniques et Financiers, du président du CNPM, Mamadou Sinsy COULIBALY, du président l’Organisation Patronal des Industriels, Cyril ACHKAR et d’autres personnalités remarquables. Ainsi, pour la mise en œuvre efficiente de la feuille de route qui lui a été assigné par le président de la République, le chef du Gouvernement, Soumeylou Boubeye MAIGA dira que les acteurs économiques ont une place importante a jouer. Cette feuille de route, dit-il, a été résumé en deux grandes phases c’est-à-dire transformer et servir le Mali. Il demeure convaincu que ces taches requièrent le soutien des acteurs économiques en témoigne ces propos « Ces deux taches nous ne pourrions pas les accomplir si nous ne sommes pas en parfaite cohérence avec les acteurs économiques et notre volonté c’est de faire en sorte que les acteurs économiques nationaux aient un rôle prépondérant dans la création de la richesse ». Au cours de la cérémonie l’assistance a eu droit à la présentation détaillée des grands chantiers du projet. Ces exposés ont été présentés par le ministre en charge de l’Equipement et de son collègue en charge des finances. Il ressort de ces présentations que le projet envisage la construction des routes, des ponts et des ports secs en vue de facilité les échanges commerciaux ainsi que la libre circulation des personnes et de leurs biens tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du Mali. Aux dires du ministre des Infrastructures et de l’Equipement, TRAORE Seynabou DIOP, ce projet qui s’articule autour d’infrastructures routières et de transports vise à favoriser un maillage de l’ensemble du pays en vue de son désenclavement intérieur et extérieur. Et le ministre DIOP de dire que « Comme tout ambition celle-ci a un coût, ainsi pour les routes et les six ponts, le coût global s’élève à plus de 5500 milliards de FCFA ». Ce cadre de présentation de cet ambitieux projet a été l’occasion pour les acteurs du secteur de touché du doigt les difficultés qu’ils rencontrent avant de solliciter l’accompagnement du Gouvernement pour des solutions idoines. Profitant de son passage sur le pupitre, Boubacar DIALLO, membre du CNPM a apprécier à sa juste valeur ce projet « Ce que nous souhaitons c’est que les opérateurs économiques maliens fassent parties de toutes les négociations. Il faudrait qu’il y ait des critères pour favoriser les entreprises maliennes pour les marchés qui sont à leur taille et leur permettre aussi de se regrouper avec les entreprises étrangères pour faire en quelque sorte une valeur ajoutée ». Quant au patron du CNPM, Mamadou Sinsy COULIBALY il n’a pas douté un seul instant sur la capacité réel du secteur privé a faire face aux défis toute chose qui lui fera dire « Le secteur privé seul peut mobiliser tous les fonds nécessaires pour la réalisation de ce projet. Ce que nous demandons au Gouvernement du Mali c’est la digitalisation de l’administration publique  et cela est nécessaire ». Sur ce sujet le Premier Ministre a rassuré le patron des patrons « Nous veillerons à ce que l’administration ne soit pas un frein pour l’épanouissement du secteur privé » a conclu Soumeylou Boubeye MAIGA.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.